Eyad Abu Al-Ola, membre du Comité Général Préparatoire de la Conférence pour la voie palestinienne alternative (Masar Badil), a déclaré : « L’attaque des réfugiés palestiniens par les voyous et le personnel de sécurité de l’ambassade de l’Autorité palestinienne et les insultes infligées à ceux qui sont sortis pour demander des solutions urgentes à leurs conditions de vie et à leur statut juridique à Beyrouth, en particulier notre peuple déplacé de Syrie, est un crime politique, un échec moral et une action frappante d’irrespect qui expose la bureaucratie de l’Autorité palestinienne ainsi que le silence et la complicité de certaines factions palestiniennes. »

Dans une interview accordée au site Masar Badil, Abu Al-Ola a déclaré que les événements qui se sont déroulés à Beyrouth démontrent que « les figures monopolistiques et dominantes de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) ont clairement renoncé à leurs responsabilités « . La question principale est celle des droits du peuple palestinien, de ses souffrances et de ses préoccupations, ainsi que de son droit de manifester et de réclamer ses droits légitimes à une vie décente. Ce sont des droits qui doivent être protégés par l’OLP, ‘le seul représentant légitime du peuple palestinien’, et qui relèvent clairement et directement de sa responsabilité nationale, politique et morale. »

Abu Al-Ola a considéré que l’attaque contre les droits et la dignité de notre peuple palestinien devant l’ambassade de l’Autorité Palestinienne à Beyrouth, quelles que soient les raisons, les détails et les justifications que certains peuvent essayer de vendre, est un crime qui ne doit pas être laissé de côté sans une réelle responsabilisation et un examen sérieux. « Les droits du peuple palestinien ne seront pas réduits à néant par un ordre et le temps qui passe ne les fera pas tomber dans l’oubli. Tous ceux qui ont commis des crimes contre notre peuple doivent être tenus responsables, en particulier les forces sionistes et leurs agents. »

Les associations et organisations palestiniennes représentant les demandes des réfugiés palestiniens déplacés au Liban depuis la Syrie avaient organisé un rassemblement public auquel des centaines de personnes ont participé, devant l’ambassade de l’Autorité palestinienne à Beyrouth, où des attaques physiques et verbales contre les participants par certains membres du personnel de sécurité et des employés de l’ambassade de l’AP ont été rapportées.

Abu Al-Ola a noté que ce qui s’est passé à Beyrouth devant l’ambassade est une copie de ce qui se passe à Ramallah aux mains de l’Autorité Palestinienne en déroute, sans légitimité nationale, qui s’engage dans une coopération sécuritaire avec l’occupant sioniste, attaque les familles des prisonniers et bafoue la dignité et les droits du peuple palestinien qui cherche à lui rappeler ses responsabilités.

Abu Al-Ola a également mis en garde contre les tentatives de certains de mélanger des pommes et des oranges. Il a souligné qu’il existe des partis palestiniens, arabes et internationaux suspects qui travaillent à exploiter les conditions des réfugiés palestiniens à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine sous le couvert de l’aide humanitaire, comme c’est le cas depuis 1948. Ces partis sont exposés devant le peuple palestinien, qui sait que le plus grand danger et la plus grande menace pour les réfugiés palestiniens et le peuple palestinien en général est le projet de liquidation du mouvement de libération nationale, de la cause palestinienne et du droit au retour. Une partie de ce projet de liquidation implique la confiscation de la voix et des droits humains et civils des réfugiés, y compris la confiscation de leur droit à la participation politique. Aujourd’hui, la confrontation qui s’impose appelle une mobilisation populaire palestinienne dans laquelle les Palestiniens en exil et en diaspora réclament et exigent notre responsabilité de soutenir et de renforcer la fermeté de notre peuple dans les camps de réfugiés, vers la libération et le retour.

Partagez
Tweetez
WhatsApp
Telegram
Partagez
Email
Print
Buffer